La Châtelaine et le coké

octobre 15, 2007

bilde2.jpgMarois déçue du départ de Boisclair, ben voyons! Elle doit au contraire être très heureuse car Boisclair était un embarras pour ce tiers-parti. Maintenant que le Châtelaine sera bien seule dans son royaume de l’île-Bizarre, sans l’ancien chef coké pour lui faire ombrage, elle pourra perfectionner son anglais et peut-être, d’ici quelques années, avoir l’air d’autre chose qu’une séparatisse hautaine et méprisante..

Au fait, que dit-on de Boisclair au parti des séparatisses:

L’organisation souligne que M. Boisclair a assumé un leadership important dans Pointe-aux-Trembles, s’impliquant auprès des partenaires locaux et dans plusieurs dossiers.

Les partenaires locaux, est-ce que ce sont les Hells ou les Rock Machine, eux qui ont fourni la cocaïne à l’ancien ministre? Ou peut-être les B.S. qui attendaient en file indienne leur chèque pour aller s’acheter du champagne?  À moins qu’il faille prendre le mot « partenaire » au sens le plus primaire dans le cas de Boisclair, ex-gogoboy de la péquisterie gogauchienne.

Prochaine étape pour lui, danseur privé pour agrémenter les soirées de la byzantine bizarre dans son île?


Ça va marcher les fesses serrées au Pq

octobre 3, 2007

marois11.jpgLa châtelaine n’aime pas la dissension et elle s’assurera donc de museler quiconque ne pense pas comme elle dans son parti. J’ai l’impression que le parti lui-même en est rendu à ce contrôle parce qu’il veut éviter que sa fraction de communistes du SPQ-Libre ne le détruise sur la place publique.

« Dans un parti, tu acceptes que parfois tu gagnes, parfois tu perds. Quand le chef parle, tu suis. Les gens ou les groupes qui sont plus préoccupés par leur message personnel ou leur visibilité personnelle vont devoir faire un choix : rentrer dans le rang ou s’en aller. »

Heil Hitler! Suivez le chef et fermez-là! Même s’il est bon de se débarasser de la gogauche et des maudits syndicaleux, la byzantine bizarre dans son île impose de plus en plus son style autoritaire et centralisateur au parti.

Grand bien lui fasse! Pendant ce temps, l’ADQ va continuer à travailler pour le pouvoir tout en respectant les gens et en ayant un style de gestion beaucoup plus ouvert aux nouvelles idées et aux divergences.

Ça fait 30 ans que le vieux disque péquiste saute et qu’on essaye d’imposer une ligne de parti à tout le monde. Va-t-on réussir cette fois? La vérité, c’est qu’on s’en fout puisque ce tiers parti va probablement disparaître lors des prochaines élections!


La candidate de Jean Charest élue dans Charlevoix

septembre 24, 2007

La panique à bord du rafiau libéral était palpable dès les premiers jours de la dernière campagne électorale générale du printemps dernier.  Elle connaît ce soir son apogée avec l’élection de la candidate de Jean Charest à l’élection partielle de Charlevoix.

En laissant la voie libre à Pauline, redevenue madame Marois selon la « blogueuse du Pq », Jean Charest a démontré au grand jour sa plus grande crainte : Mario Dumont.

Au fond, cette partielle ne vient que confirmer ce qu’une majorité de Québécois savent déjà, ce n’est plus le Pq l’adversaire à abattre pour les libéraux.

Ceci étant dit, soyons justes, ce soir, et félicitons-la pour cette victoire et soulignons que la défaite adéquiste est plus qu’honorable.


Marois: l’infirme linguistique

septembre 4, 2007

La grande blonde et son regard sournois

 

Je lisais tout à l’heure une lettre ouverte sur le site de Vigile, une excellente source d’informations séparatiste, qui dénonçait le journaliste du Devoir Antoine Robitaille pour un récent papier dans le quel il soulignait les difficultés de Pauline Marois dans la langue de Shakespeare.

 

Gaston Laurion, le signataire de la lettre ouverte, soutien qu’au Québec un politicien n’a pas à parler anglais!  Et nous sommes en 2007, en pleine mondialisation!

 

Je regrette, mais je suis d’accord avec Jacques Parizeau qui affirmait que ceux et celles qui, aujourd’hui au Québec, ne parlent pas anglais sont des infirmes.  J’imagine que ce la s’applique aussi à la châtelaine de l’Île-Bizarre.

Celle-ci aurait déclaré qu’elle suivrait peut-être d’autres cours d’anglais.  Qu’est-ce qu’elle attend?  D’être élue pour que ce soit l’Assemblée nationale qui lui paie des cours, alors qu’elle a largement les moyens de se payer un prof privé?

Le clip de Radio-Pirate qui circule depuis un certain temps sur le web en dit long, même si le traitement est assurément malicieux.  Un chef de parti qui ne peut s’exprimer dans la langue minoritaire sur le territoire québécois, mais majoritaire sur la planète, est assurément un infirme.

 

Le chef autonomiste Mario Dumont s’exprime parfaitement en anglais, tout comme, avant lui, les Landry, Parizeau, Johnson et même Lévesque.  Même le mal-aimé Jean Charest s’exprime dans un anglais fort acceptable.  Marois n’a aucune excuse!

Cet article a été publ


ADQ vs Pq: deux poids, deux mesures

septembre 2, 2007

Lorsque l’ADQ annonce une tournée de consultation sur les agresseurs sexuels, on l’accuse d’opportunisme, d’erreur de clacul, ou pire, on déforme carrément ses intentions.

Lorsque Marois annonce ses priorités de l’automne : crise forestière, défense de la langue française, commission parlementaire sur l’immigration, accommodements raisonnables, infrastructures, santé… que disent nos faiseurs d’opinions?  Ils bavent d’admiration, et ne cherchez surtout pas une critique devant cette liste d’épicerie à la limite du risible.  Imaginez, le Pq qui veut parler d’accommodement raisonnable, un dossier qu’il a laissé pour compte jusqu’à ce qu’il se rende compte que Dumont marquait des points.

Or, la question que je pose à nos journalistes est simple : si c’est opportuniste de la part de Mario Dumont de parler d’accommodements raisonnables, cela l’est-il pour Pauline Marois?

N’est-il pas opportuniste pour le Pq et Marois de vouloir parler de la défense de la langue française quand on sait combien sa réforme ratée de l’éducation aura eu un effet dévastateur sur l’apprentissage de la langue de chez nous?  Ou que c’est sous un gouvernement péquiste, dont faisait partie Pauline Marois, que les COFIS sont morts, hypothéquant l’intégration des nouveaux arrivants à la majorité francophone?

La chef séparatiste réhabilite le « NOUS » en précisant qu’il est avant tout francophone et voici un éditorialiste qui affirme qu’elle l’a fait avec finesse et habilité.  Évidemment, elle a tellement d’expérience!  Que ce « NOUS » ethnique exclue une partie importante de la Nation ne semble avoir effleuré l’esprit de l’éditorialiste pas plus que la référence directe au discours ethnocentrique à la limite de l’apartheid, prononcé par un Jacques Parizeau courroucé le soir du dernier référendum perdu par le camp du Oui!

Je ne dis pas que nos journalistes ont perdu leur sens critique, je dis qu’il ne l’exerce pas de la même façon à l’endroit de l’ADQ, voilà!


Norbourg: un scandale péquiste?

août 29, 2007

Lucien Bouchard en compagnie de l’ex-lieutenant gouverneure en disgrâce, Lise Thibault

Tiens donc!  Le gouvernement très social-démocrasse du péquiste Lucien Bouchard a subventionné, pour près de 1 MILLION DE DOLLARS provenant de la poche des Québécois, le crosseur de Vincent Lacroix, digne représentant devait-on se dire de Québec inc.!

C’est ainsi que Saint-Lucien et avec lui toute la « péquisterie » de l’époque se retrouve mouillée jusqu’aux oreilles dans le SCANDALE NORBOURG!

Mais où était donc la châtelaine de l’Île-Bizarre, celle qui fait du tourisme de luxe dans Charlevoix?  Elle était rien de moins que ministre d’État à l’Économie et aux Finances.

Est-ce cela la grande expérience dont elle se crédite?  Est-ce cela l’effet Marois dont nous parle tant la grosse Presse aujourd’hui?


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.