Le Devoir dans les bas fonds de la blogosphère…

 

Wow! Je ne suis pas moi et il n’est plus certain d’être lui, bref nous sommes plusieurs!

C’est ainsi que je résume l’article que signe Antoine Robitaille (je vais lui faire de la pub, puisqu’il m’en fait une bonne) dans le très sérieux Devoir de ce matin.

Sur quoi se base notre Pulitzer en herbe pour étayer sa théorie? (Ici je sème le doute, serais-je journaliste pour citer Pulitzer?) Sur des ragots écrits sur d’obscurs blogues, un affirmant que je suis une attachée de presse de l’ADQ, l’autre que je suis un chef de cabinet! Ah oui! Les similitudes, je ne prends même pas la peine de les relever…

Il est vrai que ce journaliste m’a envoyé quatre courriels « insistants », c’est lui qui le dit. Il est aussi vrai que je n’ai pas répondu. Un bon samaritain m’avait informé, il y a quelques jours, que j’allais certainement être contacté par un journaliste du Devoir : « il va te dire qu’il fait un papier sur les blogues politiques, mais en fait ses questions ne portent que sur toi, d’autres ont été appelés de la même façon… » À la lecture de son texte, je crois avoir bien fait, c’est un p’tit rusé (là je ne suis pas trop diffamatoire j’espère!)

Tout ceci pour dire que le « scoop » (tiens, le MisterP en moi qui veux sortir) du très sérieux Devoir c’est du vent, une tempête dans un dé à coudre (là, c’est certain que je suis une fille)!

J’ai hâte de lire la suite! Qui se cache derrière certains blogues séparatistes, comme par exemple « jesopinions »? J’ai, moi aussi ma théorie là-dessus… Mais ça, ce sera pour un autre billet!🙂

Un commentaire pour Le Devoir dans les bas fonds de la blogosphère…

  1. Mario Asselin dit :

    Voici le commentaire laissé sur ce billet le 28 septembre dernier:
    «La meilleure façon d’éviter qu’on vous prenne pour ce que vous n’êtes pas demeure de vous montrer telle que vous êtes.

    On pourrait commencer au moins par clarifier si vous bloguez sous un pseudonyme. Si c’est le cas et que vous souhaitiez rester caché derrière, je crois qu’il n’y a rien à redire… c’est votre plus stricte «droit». Au moins, on saura que la personne qui s’exprime ici peut-être n’importe qui, très près ou très loin du parti de M. Dumont. La vraie question est là d’ailleurs : qui est-ce qui nous parle ici?

    Évidemment, dans le cas où Élodie Gagnon-Martin est votre véritable identité, on n’aura pas à chercher longtemps pour apprécier votre lien avec l’ADQ.

    L’article du Devoir démontre une chose; la pratique du blogue n’est plus banale et anecdotique, surtout quand il s’agit des débats politiques. Vous pouvez faire semblant que l’article de M. Robitaille s’intéresse trop à «des ragots», mais votre démarche fait maintenant partie des «Milestone» de la blogosphère. La question reste de savoir jusqu’à quel point les partis politiques «utilisent» le média du blogue pour capitaliser et quels sont les limites de la pratique carnetière dans ce contexte de la politique virtuelle…

    Bons succès à vous, Monsieur, Madame.»

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :