La vérité qu’il ne faut pas dire…

octobre 19, 2007

medium_dm1993.jpgIl n’y a pas que les séparatistes ou le CRTC qui cherchent à bannir la liberté de parole des libres penseurs. À voir la réaction de plusieurs milieux face aux déclarations du Dr. Watson sur les Noirs et l’intelligence, (et à la suite du show de gogauchiste de TLMEP où Mailloux avait dit presque la même chose), on se demande vraiment si dans quelques décennies il sera encore possible de s’exprimer.

Car l’autonomie, ce n’est pas seulement la plate-forme de l’ADQ, mais c’est aussi un état d’esprit consistant à être maître de soi-même, de ses pensées et de ses écrits.

«Nos politiques sociales se fondent sur le fait que leur intelligence est la même que la nôtre (Occidentaux blancs), alors que toutes les recherches disent que ce n’est pas vraiment le cas.»

A-t-il tort d’écrire cela? Je ne crois pas. Il suffit de constater que la criminalité est beaucoup plus basse en régions qu’à Montréal pour s’en convaincre. Ou de lire les premières pages de journaux pour voir à quoi ressemblent les criminels.

Doit-on pour autant stigmatiser les gens contre les Noirs? Non plus. Car à mon avis ce n’est pas parce qu’ils sont Noirs que certains sont moins intelligents, mais peut-être plutôt, comme le Dr. Mailloux l’expliquait, parce qu’une sélection génétique a été opérée quand on les a amenés d’Afrique pour devenir esclave; les plus gros et les plus forts physiquement ont été amenés alors que les plus intelligents et moins costauds sont restés là-bas.

L’erreur de Watson est donc d’avoir blâmé la couleur de la peau, alors qu’il aurait dû blâmer les conditions historiques de l’esclavage chez les Noirs.

Mais la censure imposée par la gogauche (et même celle des États-Unis) empêche de se poser les nécessaires questions à ce sujet et font que la criminalité urbaine va continuer de se répandre et les gens perdront jusqu’à la capacité d’exprimer leur mécontentement.

Soyons autonomes, pas seulement le jour du vote, mais à tous les jours de l’année et ne nous soumettons pas devant la rectitude politique gogauchiste!  Soyons fiers de ce que nous sommes, c’est-à-dire des blancs francophones de descendance catholique de la province du Québec et autonomes dans un Canada uni!  Ne laissons pas la rectitude politique gogauchiste nous empêcher de militer pour notre peuple et pour ceux qui sont parmi les meilleurs de celui-ci (la classe moyenne et les gens des régions, le coeur de notre nation).


Du bon côté du fusil

octobre 4, 2007

terrorism-and-fear.jpg

J’ouvre la télévision, et que vois-je: Radio-Pq qui essaie de faire une grosse controverse (sûrement davantage que celle de M. Snobb sur mon identité) parce qu’une compagnie canadienne s’en va faire des profits en Irak. Encore du petit journalisme!

Nos chers gogauchistes qui s’opposent à la guerre en Irak disent que c’est une guerre pour le pétrole. Et bien oui, justement! Il y avait en tout à peu près 2 trillions de baril de pétrole disponible, et nous en avons consommé depuis un peu plus de cent ans à peu près 1 trillion, ce qui veut dire qu’il en reste seulement la moitié. Avec une consommation annuelle de 27 milliards de baril, si la demande n’augmentait pas (ça n’arrivera pas) et si nous pompions le pétrole jusqu’à la dernière goutte (ce qui est impossible, car à partir du moment où ça prend plus d’un baril de pétrole pour extraire un baril de pétrole on arrête tout), il resterait environ 35 ans de pétrole sur Terre.

C’est bien une guerre pour le pétrole, et préférons-nous voir l’or noir, le sang vital de notre société, entre les mains de barbares islamistes comme les Talibans, les Iraniens, les Irakiens ou tout autre peuple assoiffé de sang? On peut reprocher ce qu’on veut aux Américains, mais mieux vaut que ce soit eux qui aient ce qui restent de pétrole. Et quand les autres voudront leur part, on sera du bon côté du fusil pour protéger non seulement notre démocratie, mais aussi notre civilisation.

Et s’il faut tuer des milliers de terroristes – des animaux – pour ce faire, alors n’hésitons pas une seconde car nous sommes le flambeau de la liberté sur terre et notre mode de vie n’est pas négociable!  Si ce monde n’est pas assez grand pour eux et nous, c’est notre devoir patriotique de faire de la place.


Faire des sacrifices

octobre 2, 2007

Des soldats canadiens ont tiré accidentellement sur un Afghan. Ça en prendrait pas plus pour que la gogauche réclame encore le retrait de l’armée d’Afghanistan.

Sauf que… C’est seulement un Afghan qu’on a tiré; pensez à tous ceux qu’on va sauver! Si on n’avait qu’à tuer 10 000 Afghans pour sauver le monde du terrorisme, et bien pourquoi pas. Il faut parfois faire des sacrifices, et c’est bien mieux de tuer des Afghans que de tuer des Canadiens ou des Américains!

De toute façon, ces gens-là sont habitués de mourir. Dans leur pays, les gens meurent souvent avant 50 ans, alors même si on devait en tuer plusieurs pour enfin gagner la guerre contre le terrorisme, pour eux ça ne changerait pas grand chos, mais pour nous ça ferait tout la différence!